-
Héraldique européenne... le blog Armorial des Cardinaux Manuel d'héraldique ecclésiastique Armorial des Maréchaux de France Armorial du Premier Empire Manuel d'héraldique napoléonienne Armorial des communes de France Armorial des Arts et Sciences Armorial des rues de Paris Armorial de l'Ordre de l'Aigle noir Armorial de l'Ordre de l'Annonciade Armorial de l'Ordre du Chardon Armorial de l'Ordre de la Jarretière Armorial de l'Ordre du Saint-Esprit Armorial de l'Ordre de Saint-Louis Armorial de l'Ordre de la Toison d'Or Armorial des Chevaliers de la Table ronde
Cet armorial présente maintenant l'ensemble des Grands-Croix de l'Ordre de Saint-Louis, tant ceux reçus sous l'Ancien Régime que sous la Restauration.
Pour certains d'entre eux cependant, je n'ai pas été en mesure de retrouver leurs armoiries.
Aides et commentaires sont les bienvenus.
 
Pour rappel, l'accès rapide et la navigation entre mes différents blogs s'effectuent aisément par l'intermédiaire des icônes reprises systématiquement juste au-dessus du titre principal de chacun des blogs.


Pour rappel aussi, les publications peuvent être postées sur n'importe lequel de ces blogs, selon mon humeur. Pensez à faire un tour régulier sur chacun d'eux.

Claude Elisée de Court de la Bruyère

Claude Elisée de Court de la Bruyère
(Pont-de-Vaux, 15 février 1666 - Gournay-sur-Marne, 19 août 1752)
Chef d'Escadre (1715), puis Lieutenant-Général des Armées navales (1728)
Vice-Amiral du Ponant (1750)


Grand-Croix de l'Ordre de Saint-Louis (1750)

Je ne connais pas ses armoiries. Toute aide est la bienvenue.

15 commentaires:

  1. Arnaud,
    Je vois que le blason d’Ely(i)sée de Court manque. Or, la pierre tombale du vice-amiral est toujours visible dans l'église Saint-Arnoult, à Gournay-sur-Marne. On peut la voir sur ce site :

    http://www.google.fr/imgres?hl=fr&biw=1067&bih=477&tbm=isch&tbnid=chLjghObH5yclM:&imgrefurl=http://fr.topic-topos.com/pierre-tombale-du-vice-amiral-elysee-de-court-gournay-sur-marne&docid=qmj4PedPyph-gM&itg=1&imgurl=http://fr.topic-topos.com/image-bd/france/93/pierre-tombale-du-vice-amiral-elysee-de-court-gournay-sur-marne.jpg&w=255&h=524&ei=b1ETUtPsDsKI0AXY_YCoBg&zoom=1&iact=rc&dur=674&page=1&tbnh=144&tbnw=80&start=0&ndsp=16&ved=1t:429,r:2,s:0,i:86&tx=42&ty=76

    Où on devine à gauche (je pense) la croix de Saint-Louis et à droite le blason du défunt. Mais la définition de l’image est insuffisante. Peut-être avez –vous un correspondant à Gournay-sur-marne qui pourrait aller le lire ?

    Cordialement

    JD d’Borséville

    RépondreSupprimer
  2. Merci de l'info.
    L'appel est donc lancé.

    RépondreSupprimer
  3. Arnaud,
    Le problème des armes du vice-amiral Claude-Elisée de Court de La Bruyère est résolu. On sait que sa famille était originaire de Bourgogne. Si on en croit La Chesnaye-Desbois (Dictionnaire de la Noblesse, tome IX, 1775), il avait pour nom d'origine "Du Port de Court". Voici ce que dit La Chesnaye à la page 132 de ce tome, quand il évoque l'érection en comté de l'ancienne seigneurie d'Asnières-les-Bois, en Bresse, sous le nom de Loriol (par lettres patentes de 1743), au profit de Louis-Alexandre-Catherin du Port :
    (en faveur de L.A.C. du Port) "seigneur de Montplaisant, Frometen, la Grivillière, etc. en considération tant de ses services dans les charges de conseiller et de président à mortier au Parlement de Bourgogne, que de ceux de ses ancêtres, et notamment de ceux de N... du Port de Court, oncle de l'impétrant, alors qu'il commandoit, en qualité de lieutenant-général des armées navales, l¨'escadre du Roi dans la Méditerrannée, et qui ensuite commanda la flotte combinée de France et d'Espagne au combat naval de Toulon, contre les Anglois, lequel est mort en 1753, premier vice-amiral et Grand'Croix de l'Ordre de Saint-Louis".
    ---
    La pierre tombale du vice-amiral, encore conservée en l'église de Gournay-sur-Marne, porte encore, usées, les armes du vice-amiral, entourées du collier de l'Ordre Saint-Louis. On y devine à peine un palé-contrepalé de six pièces. (voir ici : http://fr.topic-topos.com/pierre-tombale-du-vice-amiral-elysee-de-court-gournay-sur-marne)
    ---
    Mais voila que Jougla de Morenas vole à notre secours, à l'article "Du Port" (tome V, édition de 1948) quand il écrit (pp 344 et 345) : "Du Port (Bourgogne) : Palé, contre-palé de six pièces d'argent et d'azur, Armorial général Bourgogne )" et qu'il ajoute que cette famille se rattache aux Duport de Loriol, qui portent les mêmes armes, brisées d'une fasce haussée d'argent brochant sur le tout. La boucle est bouclée !

    Si cela peut vous être utile...
    Amitiés

    Jacques Dulphy (JD d'Borséville)

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour,
    Je ne suis pas sur que La Chesnaye soit la meilleur source possible. En effet Claude Duport (encore tout attaché à l'époque) épouse en 1681 à Pont de Vaux Charlotte de Court. Hors Claude-Elisée de Court est lui même originaire de Pont de Vaux (j'ai retrouvé son acte de naissance). Il est donc sans doute apparenté aux Duport (qui devinrent de Loriol), mais n'est certainement pas lui même un Duport. Il me semble hasardeux en l'état de lui attribué les armes de son oncle (par alliance). J'ai essayé de faire des recherche dans le d'Hozier (dans lequel on devrait trouvé le futur vice-amiral ou l'un de ses frère). Mais pas de résultat. La chasse continue pour moi.

    Cordialement

    Mathieu CHAINE

    RépondreSupprimer
  5. Tout d'abord, merci à vous deux. Il est appréciable de constater une telle mobilisation pour venir en aide à mes travaux. Vraiment merci.
    Le contre-palé des Du Port me semble être une piste prometteuse, car à l'évidence dans les armoiries figurant à droite sur la pierre tombale on devine un tel dessin. Ce qui m’empêche cependant de pour l'instant valider définitivement cette hypothèse est que sur ces armoiries de droite, que l'on va donc supposer "Du Port" je ne vois pas (mais il faut dire que la définition de l'image est faible) la grand-croix de Saint-Louis, tandis qu'on l'a voit plus clairement sur les armoiries de gauche, dont en revanche on ne distingue absolument pas l'écusson.
    Les mêmes armoiries sont-elles représentées deux fois, où s'agit-il de deux armoiries différentes.
    Or, comme Mathieu l'a noté, dans le cas qui nous occupe ici, les armoiries Du Port semblent être plutôt celles d'un oncle maternel que celles d'un oncle paternel. Il est fort possible que le neveu ait repris les armes de son oncle, même maternel, mais comme ce n'est pas la règle de principe, il faudrait une confirmation.
    De mon point de vue, si les armoiries figurant à gauche sur la pierre tombale, donc celles avec la grand-croix, présentent aussi le contre-palé, alors l'énigme sera résolu, et Jacques nous aura également permis d'identifier par anticipation les émaux.
    Il nous faut donc une personne qui ait la possibilité de se rendre à l'église de Gournay-sur-Marne pour visualiser cette fameuse pierre tombale, ou quelqu'un qui disposerait déjà d'une photo visible de cette tombe.
    Dans tous les cas, merci de nouveau à vous deux. Il est agréable de savoir que l'on peut recevoir du soutien.

    RépondreSupprimer
  6. Le plus simple serait sans doute d'écrire à la paroisse pour avoir des photos de meilleurs qualité des deux blason(http://egliseinfo.catholique.fr/lieu/93/gournay-sur-marne/saint-arnoult). Celui de droite semble comporter un mortier au dessus de la couronne alors que sur celui de gauche une croix en arrière plan. Autre image étonnante ce portrait : http://fr.wikipedia.org/wiki/Claude-%C3%89lis%C3%A9e_de_Court_de_La_Bruy%C3%A8re ou l'on pourrais croire qu'il est également chevalier du Saint Esprit.
    Cordialement
    Mathieu

    RépondreSupprimer
  7. Arnaud, Mathieu,
    En effet, seule une vérification de visu, sur la pierre tombale, apportera une certitude. D'ailleurs peut-être étaient-ils plusieurs, sous cette tombe ? Quant à l'ordre du Saint-Esprit, qu'indique le grand cordon en moire bleu ciel dont De Court est porteur sur le tableau qui se trouve aujourd'hui au musée de Port-de Vaux, c'est en effet très affirmatif. Arnaud a sans doute toutes les données pour le vérifier. On devine d'ailleurs aussi la croix. Mais ce tableau est-il irréprochable ? Le peintre a-t-il confondu ? Ce tableau n'est pas contemporain du vice-amiral (d'ailleurs, en connaît-on un portrait contemporain ?); il est dû au pinceau d'un peintre local, Alcide Bergier, à la commande de la ville de Pont-de-Vaux pour en orner le salon d'honneur de la mairie... en 1862 (ce n'est pas de ma science, c'est le site de la ville qui le dit.) . On pourrait d'ailleurs croire que le peintre s'est inspiré, en effet-miroir (et en peignant le personnage moins vieux) du tableau de l'amiral de Châteaurenault par Rigault : même perruque, même tour, mer et ses bateaux, même casque, même geste : il n'y manque qu'un blason ! Et c'est bien là, en l'occurrence, le problème !

    Amitiés

    JD d'Borséville

    RépondreSupprimer
  8. Arnaud, Mathieu,
    Encore un p'tit mot, et pis c'est tout :
    La base Mérimée mentionne la dalle mortuaire de De Court, qui est inscrite à l'Inventaire supplémentaire des MH. Voici ce qu'en dit sa fiche :
    -------------------------------------
    Monuments historiques
    technique taille de pierre
    désignation dalle funéraire de Claude Elysée de Cour
    localisation Ile-de-France ; Seine-Saint-Denis ; Gournay-sur-Marne
    édifice église Saint-Arnoult
    dénomination dalle funéraire
    matériaux pierre : taillé
    description Dalle funéraire gravée dans un ovale et surmontée d' un écusson.
    iconographie écusson ; casque
    commentaire iconographique Ecusson avec casque empanaché.
    inscription inscription
    précision inscription inscription funéraire : HIC JACET / N. ET. P. D. D. CLAUDIUS -ELISAEUS DE COURT / INTER SANCTI LUDOVICI TORQUATUS EQUITES / PRIMUS COMMENDATARIUS / A D PRAE FECTURAM / SUMMAE PROXIMAM EVECTUS / REGIAS CLASSES / PLUS EXEMPTO exit, QUAM IMPERIO / DUX IMPAVIDUS / SAEPE ANIMO ADDIDIT. FUIS HORTIBUS ABSTULIT / DEI METUENS UNIUS / ABSEQUENS REGI / PATRIAE AINANTISSIMUS / BENEVOLENTI A PARES AMICOSFIDE HUMANITATE CUNCTOS / DEVINXI / VARIA USUS FORTUNA / BLANDIENTE NON ELATUS, NON FRACTUS FAEVIENTE / DUBIUM. UTRA IN FORTE SE PRAEFCITERIT MAJOREM
    siècle 2e quart 18e siècle
    date(s) 1752
    protection MH 1978/10/09 : inscrit au titre objet
    propriété propriété de la commune
    bibliographie Pré-inventaire des Monuments et Richesses artistiques de la Seine-Saint-Denis, Archives départementales.
    type d'étude liste objets inscrits MH
    copyright © Monuments historiques
    date versement 2013/03/21
    référence PM93000521
    --------------------------
    "Ecusson avec un casque empanaché" : voilà ce qu'en dit le chargé d'inventaire. C'est bien peu héraldique et, j'oserais dire, bien peu professionnel ! En tout cas l'épitaphe latine parle bien de notre homme en tant que Commandeur de l'ordre de Saint-Louis, pas du Saint-Esprit, comme le peintre l'a représenté !

    Amitiés

    JD d'Borséville

    RépondreSupprimer
  9. Je cherche encore dans des vieux manuscrit mais toujours rien de nouveau, en revanche j'ai trouvé ceci : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84069446.r=ordre+royal+et+militaire+de+saint+louis.langFR qui explique les attributs héraldique correspondant à chaque grades.

    Cordialement

    Mathieu

    RépondreSupprimer
  10. Merci de vos efforts. Mais que cela ne vous prenne pas trop la tête.

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour,

    Je ne sais pas si vous arriverez à déchiffer cela : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9057368g/f210.image.r=armorial.langFR
    mais ce pourrait être la solution.

    Cordialement

    Mathieu

    RépondreSupprimer
  12. en stage dans une institution outre atlantique, j'étudie des papiers d'un amiral français du XVIIIe qui a reçu un courrier de M. de Court, à Gournay. Il y a encore son cachet. Je ne connais pas le vocabulaire héraldique, veuillez m'en excuser. Les armes se présentent ainsi: en bas un besant (un croissant), et au-dessus trois hermines alignées dans un lambel. l'écu est surmonté d'un animal rampant et d'une couronne. Si cela peut aider.
    bonne journée.

    RépondreSupprimer
  13. Une généalogie datée de 1908 donne pour la famille de Court:
    "D'azur au croissant d'argent accompagné de trois étoiles d'or."
    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5541529t/f148.zoom.r=COURT.hl (P.148)

    Mais à mon sens c'est fantaisiste, la famille de Court de Picardie n'a rien à voir avec les de Court qui nous intéressent, qui sont bressans.http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54159264/f225.zoom.r=armorial%20bresse%20bugey (P.225, pas d'armes malheureusement)

    La recherche continue...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien là le problème. J'ai dans ma doc les armoiries de plusieurs famille de Court, mais aucun élément me permettant de rattacher notre bonhomme à l'une d'entre elles.
      Merci de votre aide.

      Supprimer
  14. D'après "Les bibliothéques françoises de La Croix du Maine et de du Verdier ..., Volume 3",
    il pourrait descendre de la famille Court, des échevins de Lyon (coupé au 1 de gueules au cheval issant d'argent, au 2 d'or plein)

    RépondreSupprimer

FACEBOOK

Héraldique européenne et l'ensemble de mes blogs associés ont maintenant leur page Facebook officielle.
Retrouvez toute l'actualité de mes blogs à l'adresse suivante :

https://www.facebook.com/pages/Héraldique-européenne/602489059772729

Arnaud BUNEL

 

YOUTUBE

Héraldique européenne et l'ensemble de mes blogs associés ont maintenant leur chaine Youtube officielle.
Retrouvez toute mes vidéos héraldiques à l'adresse suivante :

https://www.youtube.com/channel/UCJYgvdR-bYPaz3jTBbPhT6g

Arnaud BUNEL